Aerial Fees

Le Pont Marchand

Le pont Marchand, aussi connu comme le Pont rouge, a été construit en 1898 pour le somme de 6000$ par M Augustus Brown de Beachburg Ontario.  Le contrat fut signé le 3 janvier 1898.  La construction devait être terminée le 1er mai de la même année mais, l’accès fut possible dès le 15 mars.  Les bois utilisé fut traîné par des chevaux de ‘the Glen’ en Ontario, via le pont de glace situé à Waltham, Québec.

Marchand Bridge, Fort Coulonge, Covered BridgeComme il a été endommagé par divers éléments destructeurs, il a subi des réparations à maintes reprises.  Par exemple, en 1939 la première toiture de bardeaux de cèdre a été remplacée par un toit de métal.

À cause de son mauvais état, on proposa sa démolition en 1964.  Le docteur H.R. Rabb, M. Hugh Proudfoot et M. Dean Rogers ont formé un comité pour sa sauvegarde.  Ils ont obtenu des dons de citoyens et des subventions des gouvernements provincial et fédéral.

En 1966, avec les fonds amassés et à l’aide de bénévoles, des réparations ont été effectuées aux piliers, et le pont fut entièrement repeint.  À nouveau, ce dernier était fonctionnel.

En 1972, une subvention de 50 000$ a permis de faire la rénovation et la réfection du pont.  Dans le temps, le flottage des billots sur la rivière Coulonge était le moyen le plus économique pour le transport du bois.  Des ‘boom timbers’ étaient utilisés pour guider les billots dans un couloir sous le pont, d’où ils étaient triés par les travailleurs.  Le niveau surélevé de la rivière au printemps, occasionna un embâcle de billots et le projet qui était en cours fut interrompu.  Des câbles d’acier furent installés sur les deux rives, de façon à retenir les milliers de pieds de bois, car l’on craignait l’effondrement du pont si l’amas de bois s’écroulait.

Au printemps de 1979, après un dégel hâtif, le pont était une fois de plus en situation de péril.  Comme en 1972, les billots descendaient la rivière Coulonge, mais il n’y avait pas de ‘boom timbers’ pour retenir le bois, le tirage de bois se faisait un peu plus loin près de la scierie locale.  Avec la crue des eaux, vint l’amoncellement de billots contre le pont.  Ce dernier n’était pas assez élevé pour permettre le flottage.

La force de l’eau, qui poussait l’amas de billots, l’aurait déplacé de plusieurs pieds.  Comme le pont avait dévié sur deux de ses piliers, on l’immobilisa à l’aide de câbles d’acier et de poutres afin de minimiser les dommages structuraux. Il a donc été fermé à la circulation pour plus d’un an.  Évidemment, les réparations ont repris afin de rehausser les piliers et repeindre le pont.  Les travaux furent terminés en 1980 et il fut rouvert à la circulation.

À l’automne 1997, d’autres réparations s’imposaient afin de remplacer les piliers.  Il fut donc fermé de septembre à décembre.  Le coût total de ces réparations se chiffrait à 429 200$ et était défrayé par le gouvernement du Québec.

En ce qui concerne l’origine du nom, les opinions diffèrent. Selon certaines gens, il aurait été nommé ainsi en l’honneur du député libéral, M. Félix-Gabriel Marchand. Cependant, d’autres signalent qu’il tire son nom du mot ‘marche’ ou ‘pont marchant’.  Actuellement il est le plus long pont couvert au Québec, mesurant 151.59m (497’3) de long par 5,56m (13,9) de large et il est construit entièrement de pin.  Le Pont Marchant a été officiellement déclaré monument historique, en 1989, par le Ministère des Affaires Culturelles du Québec.

Haut de la page

 

La Maison Bryson

La Maison Bryson a été construite en 1854 par George Bryson (1813-1900), un fermier écossais et marchand de bois, maire de Mansfield, préfet du comté de Pontiac et conseiller législatif, l'un des pionniers de la Vallée de l'Outaouais.

Bryson House, MansfieldCette maison est unique en son genre dans tout le Pontiac et ressemble à celles construites par les marchands écossais dans les années 1800-1830 dans les Bas et Haut Canada. Un groupe de bâtiments rattaché à la maison et entourant la cour, comprenait un bâtiment pour le forgeron, un pour la glace, des écuries, des hangars et des dépendances pour entreposer la nourriture. La maison en pierre située au sud de ces bâtiments a été construite autour de 1845 et servait de bureau pour la compagnie Bryson. George Bryson, homme d'affaires averti, choisit d'exploiter une ferme en bordure de la rivière Coulonge dans le but de complémenter ses activités forestières. Les produits de la ferme étaient destinés à l'approvisionnement des chantiers de coupe de bois.

C'est de ce quartier général que George Bryson et son équipe ont dominé l'activité économique de la région de Pontiac du XIXe siècle et orienté le développement économique du XXe siècle. La famille Bryson fut propriétaire de l'ensemble jusqu'en 1943. Il fut rénové en 1982.

Haut de la page

      
Spruceholme

SpruceholmeSpruceholme (204, rue Principale) est le splendide ancienne maison de George Bryson Jr. et son épouse Helen Craig. Construite en 1875, cette grande maison de maître en pierre aurait été le  recul l'hiver pour la famille Bryson, qui a accueilli de nombreux invités de marque, dont Sir Wilfrid Laurier, le premier ministre du Canada. Spruceholme abrite aujourd'hui un gîte touristique.

George Bryson Jr, le propriétaire original de Spruceholme, était le fils du baron du bois George Bryson Sr. Suivant les traces de son père, il a représenté le comté de Pontiac à l'Assemblée législative du Québec, où il a servi pendant plus de cinquante ans.

Adjacent à Spruceholme (200, rue Principale) est une autre splendide maison de maître en pierre. Cette maison était autrefois la résidence de John Bryson, un autre de George Bryson Sr's fils, et un autre éminent politicien.

Une troisième maison en pierre (224 rue Principale), a été construite pour une sœur, Jennie Bryson.

Haut de la page

 

Le PPJ Cycloparc

PPJ CycloparcLe PPJ Cycloparc est une piste cyclable construite sur l'ancienne voie ferrée historique Pontiac Pacific Junction. Le chemin traverse la région du Pontiac entre Wyman (Bristol) jusqu’à l’Isîle-aux-Allumettes et ce parcours totalise 91,7 km. Le sentier est relativement plat, avec des élévations ne dépassant pas 4%, et la surface est recouverte de poussière de roche. Tout au long de la piste il y a des aires de repos, des enseignes de signalisation et des panneaux d'interprétation. Le PPJ est non-motorisés durant la saison estivale soit de mai à novembre. Pendant les mois d’hiver, cette piste est un sentier de motoneige.

Il y a de nombreux villages, des attraits et des activités que vous trouverez juste à la sortie de la piste cyclable. Visitez le site à www.cycloparcppj.org pour plus de renseignements et pour planifier vos excursions sur la piste cyclable PPJ et ses alentours.

  • Wyman à Shawville = 17,26 km; vue extraordinaire de la rivière des Outaouais et luxuriantes terres agricoles
  • Shawville à Campbell's Bay = 18 km, un voyage dans les forêts et la vallée
  • Campbell's Bay à Fort Coulonge = 17,7 km; où les prairies bordent les peuplements forestiers
  • Fort Coulonge à Waltham = 18 km; la section de la rivière des Outaouais
  • L'Îles-aux-Allumettes = 19,7 km; une île où vous trouverez tous ces attraits

Haut de la page

Address

Chutes Coulonge
100 Promenade du Parc-des-Chutes
Mansfield, Québec
Canada J0X 1R0

Contact

Tel.: (819) 683-2770
Fax: (819) 683-2770

info@chutescoulonge.qc.ca